Un an après la découverte des premiers cas de COVID-19 en Chine, les programmes de vaccination de masse offrent désormais une chance de mettre fin à la pandémie. Dans le même temps, de nouvelles souches, dont certaines semblent plus infectieuses que la première, menacent de faire dérailler les progrès réalisés dans la lutte contre la maladie.

Une façon de comprendre l’efficacité de nos efforts pour combattre le virus est de considérer le concept d'”immunité collective”. Pendant une épidémie, les personnes sont infectées et celles qui survivent sont généralement immunisés. La résistance à la maladie peut également être obtenue par la vaccination, qui complète les niveaux d’immunité naturelle. Les personnes infectées entrent de plus en plus souvent en contact avec des personnes immunisées plutôt qu’avec des personnes encore sensibles. Comme un feu de forêt qui s’épuise en bois sec, au moment où l’immunité collective est atteinte, l’épidémie cesse de croître et commence à décliner.

Les modèles mathématiques nous aident à établir un lien entre les niveaux d’immunité collective et la vitesse à laquelle la maladie se propage. Le pourcentage de personnes immunisées nécessaire pour créer une immunité collective dépend du taux de reproduction, R, qui est une mesure du nombre de personnes que chaque personne infectée infectera en moyenne. Nous pouvons atteindre l’immunité collective soit en attendant suffisamment longtemps pour qu’une grande partie de la société soit infectée, soit en réduisant le valeur du R grâce à une distanciation sociale permanente, soit en vaccinant suffisamment de personnes.

Laisser l’épidémie se propager sans contrôle risque de surcharger le système de santé et d’entraîner de nombreux décès. À l’inverse, le confinement entraîne des problèmes économiques, sociaux et de santé mentale. On espère donc que les vaccins permettront de stopper l’épidémie plus efficacement.

Mais combien de personnes devront être vaccinées pour arrêter la propagation de la maladie ? Cela dépend du degré d’infectiosité de la souche virale, de l’efficacité du vaccin et de notre volonté de poursuivre les mesures de confinement. Les prédictions du modèle pour le succès des programmes de vaccination dépendent de la capacité du vaccin à limiter la transmission du virus – et pas seulement à empêcher les gens de tomber malade. Mais nous ne savons toujours pas si le lot actuel de vaccins contre la COVID approuvés arrête la transmission.

Les niveaux critiques de vaccination dépendent du taux de reproduction effectif estimé, avec une efficacité du vaccin de 90 %. Adam Kleczkowski

Nous pourrions poursuivre indéfiniment une distanciation sociale très stricte, en ramenant le R en dessous de 1 afin que le nombre de nouvelles infections diminue. Dans ce cas, nous n’aurions besoin d’aucune vaccination (point marqué A sur le graphique). Mais dès que les mesures de contrôle seraient assouplies, R remonterait au-dessus de 1 et l’épidémie recommencerait à se propager.

Alternativement on pourrait combiner un certain degré de confinement avec le lancement de vaccins. Dans ce scénario (point B sur le graphique), on verrait une diminution des cas une fois que 40 % de la population serait immunisée contre le virus. Toutefois, cette stratégie repose sur le maintien de R juste au-dessus de 1. La maladie réapparaîtrait probablement dès qu’un nouveau relâchement se produirait.

Comme nous voulons retrouver nos activités et nos libertés sans distanciation sociale, les niveaux de vaccination doivent être beaucoup plus élevés, compte tenu de la vitesse à laquelle le virus peut se propager sans contrôle supplémentaire.

Une estimation fiable de la vitesse de propagation du premier variant du SRAS-CoV-2 pendant les premières phases de l’épidémie, est de R = 3. En d’autres termes, chaque personne infectée par le coronavirus le transmet à trois autres personnes en moyenne. Le niveau d’immunité collective correspondant à cette valeur de R est de 67 %; ainsi en supposant une efficacité vaccinale de 90%, nous devons vacciner 74% de la population (point marqué C) pour empêcher le virus de progresser davantage.

Comment l’émergence des nouveaux variants modifie-t-elle cette valeur ? Nous ne savons pas avec certitude à quelle vitesse les nouvelles souches se seraient répandues si on les avait laissées faire sans mesures d’atténuation. Les données suggèrent que la souche britannique est de 30 à 50 %, et peut-être même 70 %, plus infectieuse que la souche originale. En choisissant la valeur de 50 %, les niveaux de vaccination nécessaires sont portés à 86 % (point D).

Une proportion encore plus importante devra être immunisée si nous voulons pousser le virus vers son éradication ou nous prémunir contre une éventuelle sous-estimation de la vitesse de propagation.

Est-il possible d’atteindre un niveau de protection aussi élevé ? Si un vaccin n’est efficace qu’à 50 – 70 %, comme les vaccins d’Oxford et Sinovac semblent l’être, c’est le niveau d’immunité collective le plus élevé qui peut être atteint si tout le monde se fait vacciner. Même avec l’efficacité supérieure des vaccins Pfizer et Moderna, il sera très difficile de vacciner près de 90 % de la population, car tout le monde ne peut ou ne veut pas être traité.

Du côté des points positifs, une infection COVID antérieure offre toujours une bonne protection contre les réinfections et nous pouvons donc probablement compter sur le fait que près de 20 % de la population possède une immunité naturelle.

Les niveaux d’immunité collective dépendent des valeurs R et nous pouvons, dans une certaine mesure, les manipuler en les verrouillant. Si les pays peuvent maintenir la valeur R juste au-dessus de 1, l’éradication peut être obtenue même avec des niveaux de vaccination plus faibles. Mais ce dont nous avons réellement besoin, c’est d’un plan cohérent à long terme : un plan qui prévoit à la fois un déploiement rapide de la vaccination et une distanciation sociale et des tests permanents.

Cet article a été traduit par un scientifique traducteur médical professionnel membre de #Citizen4Science

Article original rédigé par Adam Kleczkowski @aklecz, Professeur de mathématiques et statistiques, University of Strathclyde
Lien : https://theconversation.com/mutating-coronavirus-reaching-herd-immunity-just-got-harder-but-there-is-still-hope-153025?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1610954902

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 − 3 =